La Radio Pendant L’Occupation (1940-1944)

La Radio Pendant L’Occupation (1940-1944)

E-STORY
E-STORY
La Radio Pendant L'Occupation (1940-1944)
Loading
/

La Radio Pendant L’Occupation (1940-1944)

Comment était la Radio Pendant L’Occupation française (1940-1944) ?
Dans cet épisode de « L’Histoire de la Radio en France » racontée par JACQUES FRANTZ, vous allez remonter au temps de la radio pendant l’occupation en France (1918-1940)

Texte : Yan Harris
Narration : Jacques Frantz
Durée : 9’50

D’autres histoires qui ont marqué l’Histoire à écouter sur E-STORY.fr

Pour commencer, au crépuscule de 1940, l’ombre de l’Occupation s’étend sur la France. Ainsi, la radio, puissant vecteur de communication, se mue en champ de bataille invisible.

D’abord, la confiscation. Puis, les autorités allemandes s’emparent de la puissance radiophonique, transformant les ondes en armes de propagande. Le poste, jadis source de divertissement et d’information, vomit maintenant un flot ininterrompu de discours hostiles.

Toutefois, la résistance s’organise. À Londres, le Général de Gaulle lance l’appel du 18 Juin sur les ondes de la BBC, faisant vibrer les cœurs français sous l’oppression. Des voix françaises libres se mettent à résonner au-delà de la Manche, créant un lien indestructible avec le pays asservi.

Quoi de neuf en France ?

Pendant ce temps, en France, une résistance clandestine s’éveille. Au cœur de la nuit, des opérateurs audacieux envoient des messages codés, déjouant la vigilance de l’ennemi. Ces « postes secrets », malgré le danger mortel, deviennent les messagers héroïques de la liberté.

Mais aussi, la trahison. Certaines voix françaises choisissent la collaboration, déversant sur les ondes un venin de division. La figure controversée de Radio Paris, l’instrument du régime de Vichy, s’érige en symbole de cette perfidie.

En 1944, l’Occupation touche à sa fin. Le débarquement de Normandie est annoncé en secret sur les ondes. Les postes de radio, devenus des totems d’espoir, s’allument dans chaque foyer, annonçant le début de la Libération.

Ainsi, pendant l’Occupation, la radio devint une arène où s’affrontaient propagande, résistance, trahison et libération. Un champ de bataille silencieux, où le pouvoir des mots se mesurait à la cruauté de la guerre. Et finalement, le poste de radio, symbole de cette lutte invisible, devenait le phare guidant la nation vers la liberté retrouvée.